Centre Hospitalier de Martigues

Rechercher

Le don, le prélèvement et la greffe d'organes et de tissus

Accueil > Patients / Visiteurs > Dons d'organes > Conditions du prélèvement

Imprimer

Conditions du prélèvement

Le prélèvement d'organes n'est possible que dans des conditions exceptionnelles

En effet, le prélèvement n'est possible que sur une personne en état de mort encéphalique, ou encore sur une personne victime d'un arrêt cardiaque, dans certaines conditions très précises.

Dans la grande majorité des cas, le greffon provient d'une personne décédée en état de mort encéphalique dans un service de réanimation. Or, cette situation est rare : en 2006, 3 067 personnes ont été recensées en état de mort encéphalique, et 1 442 ont été effectivement prélevées.

Le don d'organe s'appuie sur des conditions légales très précises :

Le « consentement présumé » : Chaque personne est considérée comme un donneur potentiel à moins de s'y être opposé de son vivant. Cependant, ne sachant pas si le défunt était favorable ou opposé au don de ses organes et tissus, la famille hésite et parfois s'oppose au prélèvement proposé par le médecin ou l'infirmière, à l'hôpital.

Ainsi, lorsqu'un prélèvement d'organes est envisagé, si l'équipe médicale n'a pas directement connaissance de la volonté du défunt, elle doit s'efforcer de recueillir auprès de ses proches son opposition au don d'organes éventuellement exprimée de son vivant, par tout moyen. Pour les enfants, l'autorisation des deux parents ou du tuteur légal est obligatoire.

La gratuité : Les organes ne peuvent être ni vendus, ni achetés : il s'agit d'un don.
L'anonymat : Ni la famille du donneur, ni le receveur ne peuvent avoir connaissance de leurs identités réciproques.

Réalisation : Stratis
[Se connecter à l'interface d'administration]
ID de cette page :  240
Dernière mise à jour : 13 novembre 2008 à 02:15