Centre Hospitalier de Martigues

Accueil > Patients / Visiteurs > Prenez soin de vous > Prévention des hépatites

Imprimer

Les Hépatites virales

Dépistage et prévention à tout âge : la meilleure façon de se soigner

Qu'il s'agisse de guérir ou de stopper la maladie, la prise en charge des hépatites B et C s'est améliorée. Cependant, le dépistage reste encore insuffisant, ce qui entraîne une rapide transmission des virus des hépatites et des retards de traitement.

Le foie ? C'est quoi ?

Organe vital, le foie est la plus grande glande du corps humain. Il est situé dans l'abdomen, sous le diaphragme, du côté droit.

Véritable usine servant à éliminer les produits toxiques, et à fabriquer des produits très utiles, il peut lui-même être victime de multiples ennemis : champignons, virus, bactéries, médicaments, alcool, ... Quand le foie est en souffrance, c'est tout l'organisme qui en pâtit.

Les Hépatites virales

L'hépatite est une inflammation du foie, souvent causée par des virus (hépatite virale). Plus d'un Français sur cent serait ainsi atteint d'une hépatite virale.

Ces maladies affectent l'ensemble du tissu hépatique et s'accompagnent d'une réaction inflammatoire, pouvant évoluer vers la cirrhose ou le cancer du foie.

Parmi les hépatites provoquées par un virus, on distingue les hépatites A, B, C, mais on a aussi identifié le virus D ou delta et le virus E.

L'hépatite est dite chronique quand elle persiste au-delà de six mois après l'infection initiale de l'organisme par le virus. Seuls les virus B, C et D peuvent provoquer une hépatite chronique.

En France, l'infection par le virus de l'hépatite C est la cause la plus fréquente des hépatites chroniques virales.

Des symptômes

Les symptômes sont quelquefois totalement absents (forme asymptomatique).

Lorsqu'ils sont présents, ces symptômes ne sont pas toujours spécifiques (évocateurs d'une maladie du foie) :

  • la fatigue,
  • les maux de tête,
  • les douleurs abdominales,
  • les nausées,
  • l'anorexie et un amaigrissement qui peut être important.

Seule la jaunisse (ictère) est évocatrice d'une atteinte du foie.

Hépatite B

Cent fois plus contagieux que le virus du sida, le virus de l'hépatite B (VHB) fait partie des dix virus les plus redoutables du monde. On compterait en France 300 000 porteurs chroniques du VHB.

La contamination se fait surtout par voie sexuelle, mais également par voie sanguine (aiguilles contaminées, notamment chez les toxicomanes, lors de tatouages ou de piercing...), et plus rarement de la mère à l'enfant lors de l'accouchement.

Hépatite C

Avec environ 5 000 nouveaux cas par an, le nombre de personnes infectées par le virus de l'hépatite C atteindrait près de 600 000 en France !

Mais un tiers à la moitié d'entre elles ignorent être affectées par ce mal qui peut évoluer vers une cirrhose ou un cancer du foie.

La contamination par le virus de l'hépatite C (VHC) se produit principalement lorsque le sang d'une personne infectée par ce virus entre en contact avec le sang d'une personne indemne comme dans les cas suivants :

  • Interventions chirurgicales ou transfusions avant 1992
  • Examens médicaux invasifs avant 1997, c'est-à-dire tout acte médical nécessitant de traverser la peau ou les muqueuses
  • Toxicomanie ou antécédents (intraveineuse ou pernasale)
  • Tatouages ou piercing

L'hépatite C se transmet donc par l'intermédiaire d'objets contaminés par du sang infecté (pour les personnels médicaux, les piqûres / coupures accidentelles peuvent être à l'origine d'une contamination).

Dans la vie courante il y a lieu de ne pas partager des objets sur lesquels du sang peut se déposer (rasoir, brosse à dent, coupe ongle, etc.)

Il n'y a aucun risque de transmission dans la plupart des gestes de la vie quotidienne : s'embrasser, manger, boire dans le même verre... La transmission sexuelle est quasiment nulle mais est possible. Dans 20% des cas environ, le mode de contamination demeure inconnu.

Dépister les Hépatites

En France, 1 malade sur 2 ignore encore qu'il a une hépatite car l'infection passe le plus souvent inaperçue jusqu'à l'apparition des complications (cirrhose dans 20% des cas et cancer du foie).

Faire un test de dépistage, une simple prise de sang, est le seul moyen de le savoir. Prescrit par le médecin traitant, ce test est pris en charge à 100% par la Sécurité Sociale. Il est possible également de se rendre directement dans une consultation de dépistage anonyme et gratuite (CDAG).

Ce dépistage s'adresse prioritairement aux personnes ayant pu être contaminées.

Prise en charge au CHM

Au Centre Hospitalier de Martigues les services de médecine interne et de gastroentérologie prennent en charge ce type de pathologie.

La prise en charge nécessite :

  • une prise de sang (évaluation biologique)
  • une échographie abdominale
  • dans certains cas une évaluation histologique (biopsie hépatique ou score de fibrose ou fibroscan) : la biopsie hépatique est un examen qui bien souvent inquiète le patient. Pourtant, il s'agit d'un examen simple, courant, et peu douloureux. Il s'agit d'un prélèvement de tissu hépatique sous anesthésie locale, qui dure quelques minutes et ne nécessite pas d'hospitalisation : le patient peut arriver le matin et sortir le soir même.

Le traitement n'est pas toujours nécessaire.

Dans tous les cas il faut :

  • éviter de consommer des boissons alcoolisées car l'alcool aggrave l'hépatite,
  • arrêter certains médicaments toxiques pour le foie (demander conseil à votre médecin traitant).
  • aucun régime alimentaire n'est conseillé sauf en cas d'excès de poids qui peut rendre les traitements moins efficaces.

Le traitement des Hépatites C et B

Hépatite C

Le traitement, lorsqu'il est nécessaire, permet une guérison dans 50% des cas d'hépatite C environ. Ce traitement associe 2 molécules : l'interféron et la ribavirine.

Il se fait à domicile. Tous les soins sont pris en charge à 100% par la sécurité sociale.

Ce traitement occasionne des effets secondaires (fatigue, fièvre, courbatures, irritabilité, parfois dépression) qui peuvent être corrigés ou prévenus. La durée du traitement varie de 6 à 12 mois. Un arrêt de travail temporaire peut être nécessaire.

Hépatite B

Pour le VHB, le traitement permet d'arrêter la multiplication du virus dans un très grand nombre de cas. Les effets secondaires sont quasi absents, mais la durée du traitement doit être très prolongée.

Le traitement nécessite dans tous les cas une surveillance (recherche de l'efficacité, prévention de l'intolérance) et un accompagnement (éducation thérapeutique, soutien psychologique, aide sociale). Au niveau du CHM, cet accompagnement est réalisé par l'Équipe Mobile Accueil et Accompagnement.

Réalisation : Stratis
[Se connecter à l'interface d'administration]
ID de cette page :  106
Dernière mise à jour : 13 novembre 2008 à 02:15